Obtenir une bourse, première partie

SODEC, CALQ, STA… ces lettres vous semblent familières? Vous êtes artisan, vous avez un projet mais manquez de ressources? Voici une série d’articles pour mieux comprendre les démarches de demandes de bourse, pour ceux qui croient que c’est hors de portée, que c’est trop de travail. Il existe une foule d’organismes qui offrent un soutien financier aux artisans en métiers d’art, que ce soit des bourses de déplacement, d’achat d’équipement, de recherche ou de mise en marché. Nous vous présenterons ce mois-ci, trois portraits de boursières, trois joaillières diplômées de l’École de joaillerie de Montréal.

Nazanin Rostami, diplômée de la formation collégiale en 2011, tient un atelier au 620 Cathcart, à Montréal. Elle offre un service de réparation de bijoux, tout en élaborant des collections qu’elle distribue en boutiques et en galerie. D’origine iranienne, elle a immigré au Canada pour apprendre la joaillerie, une discipline réservée aux hommes en Iran.

Comment avez-vous entendu parler du programme Vivacité Montréal?

Par le biais du CALQ (Conseil des arts et des lettres du Québec), puisque c’est cet organisme qui octroie les bourses, seulement, le programme Vivacité est destiné aux immigrants. Ce sont mes amies artistes iraniennes qui m’en ont parlé, ensuite le CALQ m’a donné plus d’informations lorsque je les ai appelés.

Est-ce que les démarches ont été ardues?

Je ne peux pas dire que c’était facile, il faut bien se préparer. Je dois mentionner la gentillesse du personnel du CALQ qui a répondu à toutes mes questions.

Avez-vous des conseils à donner à quelqu’un qui voudrait appliquer à ce programme?

Oui. Le Conseil des métiers d’art du Québec offre une formation pour la rédaction de bourse. Je recommande fortement de participer à cette formation. Ça m’a beaucoup aidée dans ma démarche et dans la préparation de ma demande.

Comment comptez-vous utiliser les ressources obtenues?

Je compte approfondir ma recherche artistique par rapport au concept de ce qui est précieux avec un projet qui s’appelle Combien par gramme?. L’industrie néglige parfois l’aspect de conceptualisation et de recherche, et ne traduit la valeur d’un bijou que par le poids du métal utilisé. Je ferai ensuite des démarches pour approcher des galeries. J’ai fait une demande pour recevoir 8 400$, j’ai finalement reçu 5 760$.

Programme : Vivacité Montréal, CALQ
Jusqu’à 15 000$
Mission :
Soutenir des projets artistiques qui contribuent à la professionnalisation des créateurs issus de l’immigration et des minorités visibles.
Encourager les initiatives artistiques et littéraires réalisées en collaboration avec les milieux artistiques professionnels de la région de Montréal.
Encourager la réalisation de projets favorisant l’accès du public montréalais aux œuvres et aux productions artistiques issues de la relève.
Sources : http://www.calq.gouv.qc.ca/regions/06prog_vivacitemtl.htm

photo: Exclusive-Anthique earrings, collection dérivée du projet Combien par gramme?
Merci à Nazanin d’avoir répondu à nos questions.