Étudier à l’ÉJM: le témoignage de deux étudiantes étrangères

Doriane Douared et Manon Olliver sont deux étudiantes de première année à la formation collégiale. Elles sont toutes deux d’origine française. Elles ont accepté de répondre à quelques questions au sujet des démarches qu’elles ont entreprise pour venir étudier ici.

 

Comment avez-vous entendu parler de nos formations?
D.D. J’ai entendu parler de l’école par le bouche-à-oreille et par son site Internet
M.O. : Lors de mon premier voyage à Montréal, je me promenais dans le Quartier Latin quand j’ai croisé le Cégep du Vieux-Montréal, où on m’a distribué un livret avec toutes les formations proposées, moi qui cherchais à faire de la joaillerie depuis longtemps, j’ai pris cela comme un signe!

Quelles ont été vos démarches pour vous inscrire à notre programme collégial en joaillerie?
D.D. J’ai d’abord pris contact avec le directeur de l’École de joaillerie de Montréal, et ensuite avec l’API du cégep du CVM qui est responsable de ce programme. Avec elle j’ai établi la liste les étapes que je devais entreprendre.carte_low
M.O. :Suite à ça j’ai pris rendez-vous avec le secrétariat de l’École de joaillerie de Montréal, et la personne qui m’a accueillie m’a indiqué toutes les démarches à faire. De retour en France, j’ai commencé mon inscription via le site Internet du SRAM et à réunir tous les papiers nécessaires à mon dossier.manon_low

 

 

 

 

 

 

 

Les avez-vous trouvé laborieuses?
D.D. Non quand on veut on peut 🙂
M.O. : Absolument pas! Les seuls obstacles que j’ai rencontrés étaient de retrouver mes diplômes, et lorsqu’il y avait des aspects que je ne comprenais pas, les conseillers du SRAM ainsi que ceux du Cégep me répondaient par courriel quasi instantanément. Je me suis sentie accompagnée, malgré la distance.

Avez-vous eu de la difficulté à vous intégrer? Êtes-vous venu seul?
D.D. Je ne suis pas venue seule, mais avec ma sœur; et mon copain m’a rejointe par la suite. L’intégration a donc été plus facile pour moi.
M.O. :Je ne suis pas venue seule. Je comprends cependant que certaines personnes aient quelques appréhensions à « passer le cap », cependant il y a vraiment une ambiance chaleureuse à l’ÉJM, et il n’est pas difficile de se lier d’amitié, ou de tout simplement converser avec les autres étudiants. Je dirais que la grande force de l’école, mis à part la qualité de l’enseignement, est qu’il y a des personnes de tout age, tout horizon, et cela profite à chacun.

 

doriane_low

Auriez-vous des conseils à donner à de futurs étudiants?
D.D. Ne vous y prenez pas au dernier moment, car selon les cas, les démarches peuvent être plus ou moins longues.
M.O. :Si vous êtes attiré par la joaillerie, un seul conseil, rejoignez-nous! J’aurais pu faire une école en France, mais je ne regrette absolument pas ma décision et je suis complètement épanouie ici, la ville de Montréal est très agréable et est propice à la créativité.

 

Si vous êtes intéressé par le programme collégial en Techniques de métiers d’art, profil joaillerie, visitez le site web du SRAM.

Le SRAM accepte présentement les demandes pour la session d’automne 2014.