Tremplin 2018 – Nos diplômés au Salon des métiers d’art de Montréal

Comme à chaque année, l’École de joaillerie de Montréal offre une vitrine à ses diplômés au Salon des métiers d’art de Montréal. Cette année, nous sommes heureux de vous faire découvrir trois artistes ayant complété la formation collégiale en joaillerie en 2017: Adrianne Bélanger St-Pierre, Louis-Vincent Parent et Laura Sasseville. Le Salon des métiers d’art est un événement local incontournable pour les artisans créateurs, et cette vitrine représente une opportunité pour ces artistes de la relève de vivre une première expérience de salon.

Pour vous faire patienter avant l’ouverture du Salon, qui aura lieu le 6 décembre prochain, voici votre chance d’en apprendre davantage sur les trois joailliers!

 

 

Adrianne Bélanger St-Pierre est grandement influencée par l’impermanence de la nature. À l’aide de techniques de dessin, de sculpture sur cire et de forgeage, elle crée des pièces élégantes et fluides composées d’éléments simples, mais aux détails et textures complexes. Adrianne utilise des motifs reconnaissables, tels la fleur de lotus, la vigne et des formes animales réelles ou imaginaires, et les intègre au cœur de compositions en entrelacements expressifs et dynamiques. Vous saurez reconnaître dans son travail des influences tirées de l’ornementation orientale et celtique, ainsi que de l’art animalier.

Coiffe en Fleur, 2017 – Argent sterling oxydé et bois noir

Branche Floral, 2017 – Argent sterling oxydé

 

 

 

Louis-Vincent Parent a grandi à Chisasibi, Nation crie de la Baie James, avant de s’installer à Montréal à l’adolescence. Ses bijoux sont ainsi imprégnés de l’immensité de la nature du nord du Québec et des valeurs et traditions cries au sein desquelles il a évolué. Louis-Vincent compare sa démarche artistique à l’inconnu d’une aventure en forêt: il pousse constamment son travail dans des directions insoupçonnées, mais sans toutefois aller trop vite, ni trop loin, afin d’éviter de se perdre. Chacune de ses séries se développe donc comme une nouvelle piste à emprunter, laquelle s’élabore tranquillement au fur et à mesure qu’il apprend à connaître la matière et les formes qu’il emploie. Si ses pièces ne sont pas composées directement avec des objets trouvés dans la nature, elles en sont fortement inspirées.

Caribou 1, 2017 – Argent sterling, corne de caribou, gaspéite (Photo: Anthony McLean)

Caribou 2, 2017 – Argent sterling, diamants irradié, jaspe sanguin (Photo: Anthony McLean)

 

 

 

Laura Sasseville possède un bagage riche et varié, qui influence son travail de joaillière de multiples façons. En plus d’avoir complété une formation en arts plastiques et en verre avant de s’initier à la joaillerie, elle a aussi été designer d’accessoires dans le domaine de la mode. Son souci des techniques, de l’esthétique et du design se traduit dans son travail ludique et contemporain. À travers son travail, Laura met en scène diverses oppositions, que ce soit au niveau des formes, des textures ou des concepts, qu’elle rend de manière symbolique. Laura démontre un intérêt marqué pour l’objet, portable ou non, et pour sa capacité d’engager un dialogue profond et intime avec l’observateur, et d’autant plus avec la personne qui le manipule ou le porte.

 

Collier Adjutor, 2018 – Argent sterling (Photo: Laura Sasseville)

Boucles d’oreilles Leter, 2018 – Argent sterling (Photo: Laura Sasseville)

 

 

Adrianne, Louis-Vincent et Laura seront au Salon des métiers d’art de Montréal du 6 au 16 décembre, à Place Bonaventure, au loft 545.6 N. Ne manquez pas d’aller découvrir leur travail!

Horaire d’exposition:
Du lundi au samedi: 11h à 21h
Dimanche: 11h-18h